Page d'accueil > Salle d'information > Communiqués de presse > 

La Colombie accueille la conférence mondiale sur les droits des survivants d'explosions des mines antipersonnel et des personnes handicapées

23.09.2013

 


Télécharger le communiqué de presse PDF 250KB


Genève et New York – La Colombie, l'un des pays au monde les plus touchés par les mines antipersonnel, sera l'hôte d'une conférence mondiale de deux jours d’une manière des plus efficaces afin de répondre aux besoins des survivants d'explosions de mines antipersonnel dans des contextes plus vastes.

Intitulée Bridges between Worlds/Tendiendo Puentes Entre Mundos, la conférence vise à approfondir la compréhension ainsi qu'à trouver des synergies entre les «mondes» de droits de l'homme, du handicap, du droit international humanitaire et l'assistance aux victimes.

L'annonce de l'événement qui est parrainé par l'Union européenne et la Colombie et qui se tiendra à Medellín les 3 et 4 avril 2014, a été faite par Daniel Avila Camacho, Directeur du Programme présidentiel d'action intégrale contre les mines antipersonnel de la Colombie (PAICMA), au cours de la Réunion de haut niveau des Nations Unies sur le handicap et le développement à New York.

Il est prévu que des centaines de participants venus du monde entier participent au Bridges between Worlds/Tendiendo Puentes Entre Mundos en 2014, y compris des représentants de plusieurs pays touchés par les mines antipersonnel et d’autres restes explosifs de guerre, des experts nationaux et internationaux des droits de l'homme, du handicap et du droit international humanitaire et de survivants d'explosions des mines antipersonnel ainsi que d’autres personnes handicapées.

En outre, la Colombie a lancé une invitation aux représentants du milieu universitaire, dans le secteur privé et les autorités locales et régionales concernées à y participer.

«La Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel engage les États à aider les victimes de mines antipersonnel, mais l'assistance aux victimes n'est pas un monde isolé. Nous devons faire ce que nous pouvons afin de relier ces efforts avec des activités internationales plus vastes», a déclaré Daniel Avila Camacho, Directeur du PAICMA.

«Par conséquent, la Colombie lance une invitation aux organisations leaders représentant les personnes handicapées à travers le monde, aux réseaux de survivants d'explosions des mines antipersonnel, des coalitions internationales d'organisations de la société civile qui s'occupent des questions relatives aux mines antipersonnel et du handicap, et d'autres experts internationaux pour assister au Bridges between Worlds/Tendiendo Puentes Entre Mundos pour ainsi renforcer les ponts comme ceux de la Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel et la Convention sur les droits des personnes handicapées, dans la perspective du droits de l'homme», a déclaré le directeur de PAICMA.

Des grands efforts ont été faits pour établir des liens entre ces deux conventions historiques.

«Le renforcement entre les deux ponts sera important afin d’atteindre des objectifs communs dans les prochaines années», a déclaré Kerry Brinkert, Directeur de l'Unité d'Appui à l’application de la Convention d'Ottawa basée à Genève, qui assiste la Colombie dans l'organisation de l'événement.

«Nous espérons que des leaders dans les mondes de la santé, l'emploi et le développement international voient cet événement comme une occasion de promouvoir l'agenda commun».

«Bridges between Worlds/Tendiendo Puentes Entre Mundos est une occasion pour la communauté internationale d'accroître les relations entre le mouvement antimines et les domaines tels que le handicap, la santé, l'éducation, l'emploi, le développement et la réduction de la pauvreté», a déclaré Kerry Brinkert, notant que la conférence aura lieu 15 ans après l'entrée en vigueur de la Convention et à la veille de la troisième conférence d'examen.

Le lieu est important pour plusieurs raisons : la Colombie, qui a adhéré la Convention en 2000, est fortement affectée par les mines antipersonnel, les munitions non explosées et les engins explosifs improvisés et dispose également d'un grand nombre de survivants.

En outre, la ville hôte de Medellín, est située dans le département d'Antioquia, l'un des plus touchés en Colombie et qui a été enregistré depuis 1990, représentant un cinquième de tous les accidents causés par des artéfacts explosifs.

La conférence ramènera également la question de l'assistance aux victimes en Colombie où, en 2009, la communauté internationale a adopté le Plan d'action de Carthagène - qui engage les États parties à la Convention, la communauté internationale et d'autres parties à promouvoir et protéger le bien-être et les droits des victimes et communautés touchées.

Le financement de la conférence est fourni par la Colombie et l'Union européenne, cette dernière visant à soutenir les États parties afin de surmonter les difficultés dans la mise en œuvre de la Convention par une Décision du Conseil.

L'Union européenne a déjà financé des ateliers à travers le monde pour que l'aide aux victimes soit intégrée dans un contexte plus vaste de handicap.


Pour plus d’informations de presse, veuillez contacter Laila Rodriguez,+41 (0) 22 906 165, press(at)apminebanconvention.org. Trouvez la Convention sur Facebook, Flickr et Twitter.