Page d'accueil > Salle d'information > Communiqués de presse > 

L’Afghanistan, organisateur de la plus grande réunion mondiale d’experts et de responsables des mines antipersonnel, souligne l’utilisation croissante des mines antipersonnel improvisées

28.11.2018

Télécharger le communiqué de presse
Trouver d'autres photos

Genève - Plus de 600 délégués représentant 113 États (103 États parties et 10 non encore adhérents), organisations internationales et non gouvernementales se sont réunis à l'ONU à Genève du 26 au 30 novembre pour faire le point sur les défis dans l’attente de la mise en oeuvre du déminage, de la destruction des stocks de mines antipersonnel et des obligations d’assistance aux victimes en vertu de la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel.

La dix-septième réunion des États parties (17MSP) a été inaugurée le 26 novembre par le ministre des Affaires étrangères afghan, S.E. Salahuddin Rabbani et S.E. Suraya Dalil, ambassadrice d'Afghanistan en Suisse et auprès des Nations Unies à Genève; l'Envoyé spécial de la Convention, SAR le Prince Mired Raad Zeid Al-Hussein de Jordanie; Jesús Martínez, fondateur du réseau des survivants de mines antipersonnel au Salvador, ainsi que de hauts représentants du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et directeur de la Campagne internationale pour l'interdiction des mines terrestres (ICBL), Héctor Guerra.

La question des mines antipersonnel improvisées occupe une place de choix dans l'ordre du jour de la réunion.

"Nous sommes confrontés à de nouveaux défis, en particulier dans les situations de conflit, qui entraînent une contamination à grande échelle des mines antipersonnel et autres dispositifs explosifs de circonstance, notamment ceux utilisés par des groupes terroristes et des acteurs armés non étatiques", a déclaré S.E Salahuddin Rabbani. «La lutte contre la menace des engins explosifs improvisés (IED) est un impératif poursuivi par l’Afghanistan aux niveaux national et international. En 2017, plus de 2 000 Afghans ont été tués ou blessés par des mines et autres restes explosifs de guerre. Ce chiffre représente une augmentation substantielle par rapport aux années précédentes ", a ajouté le ministre.

En dépit des difficultés, l’Afghanistan continue de respecter ses engagements en matière de déminage.

 

"À cette fin, nous sommes heureux d'annoncer qu'environ 3 000 kilomètres carrés ont été éliminés et que plus de 19 millions de mines antipersonnel et de restes explosifs de guerre ont été détruits depuis le début des opérations de déminage en 1989."

Le représentant spécial de la Convention, le prince Mired de Jordanie, a également souligné les dommages causés par les mines antipersonnel improvisées.

"Il existe aujourd'hui une situation regrettable dans laquelle les mines antipersonnel improvisées sont utilisées à une plus grande échelle que jamais. Nous devons condamner l'utilisation de ces armes par n'importe quel acteur, où que ce soit.Nous devons exhorter tous les pays touchés par les mines antipersonnel, y compris ceux qui utilisent des armes improvisées, à faire face au problème et à prendre le problème au sérieux; Nous pensons que c’est le seul moyen de réaliser de réels progrès ", a déclaré SAR. 

 

Jesús Martínez, fondateur du Réseau des survivants de mines antipersonnel d'El Salvador et même survivant de l'explosion de l'une de ces armes, a demandé aux États parties de respecter leurs obligations d'assistance aux victimes de la Convention. Lisez l'intégralité du communiqué de presse en anglais en cliquant sur la page ci-dessus. 

Pour plus d'informations, contacter l'Unité d'Appui à l'Application de la Convention

isu(at)apminebanconvention.org