Page d'accueil > Salle d'information > Communiqués de presse > 

Le président de la 18MSP s'adresse à la Conférence du désarmement

11.03.2020

Téléchargez la déclaration en anglais

 

Genève, 26 février 2020 - Le Président de la Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel, ou Convention d'Ottawa, a marqué les 21 ans de l'entrée en vigueur de cet instrument humanitaire et de désarmement historique en appelant tous les membres de la Conférence des Nations Unies sur le Désarmement qui ne l'ont pas encore fait à adhérer à la Convention dès que possible.

Dans son discours, le Président de la Convention, l’Ambassadeur Osman Abufatima Adam Mohammed du Soudan, a également demandé à tous les États parties à la Convention d’Ottawa de redoubler d’efforts pour appliquer le traité.

"Il y a maintenant 164 États qui se sont désormais engagés solennellement à mettre fin aux souffrances et aux pertes causées par les mines antipersonnel. Bien entendu, mettre fin aux souffrances causées par les mines antipersonnel signifie plus que la simple acceptation universelle de la Convention. Nous devons nettoyer également toutes les zones minées, détruire tous les stocks et venir en aide aux victimes." déclara l'ambassadeur.

Ambassadeur Osman Abufatima Adam Mohammed du Soudan s'adressant à la Conférence du désarmement

Du 30 juin au 2 juillet 2020, les États parties se réuniront à Genève pour leurs réunions intersessions en préparation à la  dix-huitième réunion des États parties qui se tiendra en novembre 2020 à Genève.

La Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel, également connue sous le nom de Convention d'Ottawa, a été adoptée en 1997 et est entrée en vigueur le 1er mars 1999. Il y a 164 États parties représentant plus de 80% des pays du monde; ensemble, ces États ont détruit plus de 52 millions de mines antipersonnel stockées et libéré des millions de mètres carrés de terres autrefois contaminées.

Pour plus d'informations, isu(at)apminebanconvention.org