Page d'accueil > Salle d'information > Communiqués de presse > 

La Convention sur l'interdiction des mines appelle à plus d'action contre les mines antipersonnel de nature improvisée

20.11.2020

 

Téléchargez le résumé en pdf | Photos | videos | regardez la conférence de presse

Genève - Le Soudan a conclu une semaine de travail à la tête de la réunion annuelle des États parties à la Convention sur l'interdiction des mines avec près de 500 participants inscrits de 99 États (88 Parties, 11 non parties) et plus d'une douzaine d'organisations internationales et non gouvernementales, participant pratiquement du monde entier.

Les Pays-Bas ont été élus comme nouveau président de la Convention et du 19MSP.

La Chine, l’Inde, Israël, la République démocratique populaire lao, le Liban, la Libye, le Maroc, le Myanmar, la République de Corée, la République arabe syrienne et les États-Unis d’Amérique ont participé en qualité d’observateurs. Il s’agit de la première réunion officielle de la République de Corée et de la première d’Israël en 16 ans.

Le Chili et le Royaume-Uni ont annoncé avoir déminé tous leurs champs de mines connus, ce qui porte désormais à 31 le nombre de pays précédemment contaminés qui se sont déclarés «libre de mines», pendant que 32 ayant toujours des obligations de déminage. L'Argentine a fait une déclaration au sujet de l'annonce du Royaume-Uni (document APLC / MSP.18 / 2020 / MISC.4). Les pays suivants ont demandé que leurs délais de déminage fixés pour 2021 soient prolongés en raison d'un certain nombre de problèmes allant du manque de financement à la seule ampleur ou au manque de connaissances sur la contamination.

Les demandes ont été accueillies comme suit: la Bosnie-Herzégovine jusqu'au 1er mars 2027; la Colombie jusqu'au 31 décembre 2025, la République démocratique du Congo jusqu'au 1er juillet 2022; le Niger jusqu'au 31 décembre 2024; le Sénégal jusqu'au 1er mars 2026; le Soudan du Sud jusqu'au 9 juillet 2026; et l'Ukraine jusqu'au 1er décembre 2023.

La Réunion a regretté que l'Érythrée n'ait pas soumis de demande avant la date limite du 31 décembre 2020, ce qui la rend non conforme. La Mauritanie qui s'était déclarée exempte de mines en 2018 et qui a découvert des zones minées jusque-là inconnues et le Nigéria qui s'était également déclaré exempt de mines il y a près de dix ans et qui est à nouveau contaminé par des mines antipersonnel de nature improvisée doivent recueillir et évaluer des données sur le contamination auparavant inconnue / nouvelle et soumettre une nouvelle demande plus détaillée avant le 31 mars.

Lire le résumé complet en anglais ici.

États non parties


Note éditoriale : La Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel, également connue sous le nom de Convention d'Ottawa, a été adoptée en 1997 et est entrée en vigueur le 1er mars 1999. Il y a 164 États parties représentant plus de 80 % des pays du monde; ensemble, ces États ont détruit près de 53 millions de stocks de mines antipersonnel et libéré des millions de mètres carrés de terres autrefois contaminées. La Convention a été le premier traité multilatéral à prendre en considération les droits des victimes d'une arme.